1914.

Julie, Rose, Jeanne et Louise travaillent dans une usine d’armement. On les appelle les obusettes. Ou encore : les filles aux mains jaunes car la manipulation quotidienne des substances explosives colore durablement leurs mains et leurs cheveux. 

Elles ont, toutes les quatre, un mari, un frère, des enfants sur le front, une famille à nourrir « sans homme à la maison ». Et pour certaines : des rêves d’émancipation...

Dans l’enfer de l’arsenal, empoisonnées chaque jour par cette poudre jaune qui ne part plus à la toilette, payées deux fois moins que les hommes, elles font la connaissance de leur destin d’ouvrières.

La voix de la petite Louise, la suffragette, résonne, éprise de liberté. Jeanne coud les robes noires du deuil et maudit l’ennemi. Julie attend l’amour et aspire la vie. Rose espère son mari.

 

« (…) Autour d’une condition très souvent passée sous silence, un texte, très émouvant, aux accents de vérité et quatre beaux portraits de femmes qui nous apprennent à les aimer pour toutes ces valeurs que les hommes, trop souvent, négligent. »

                                                                                Gilles Boulan (comité de lecture du PantaThéâtre, Caen)

 

texte : Michel Bellier (Lansman Éditeur)

ce texte a reçu la bourse d'aide à l'écriture Beaumarchais

mise en scène : Joëlle Cattino

 

avec, entre autres, Bénédicte Chabot, Céline Delbecq, Inès Dubuisson, Anne Sylvain

 

costumes : Camille Levavasseur

 

avec le soutien de la DRAC PACA, Conseil Régional PACA, de l'ADAMI, Théâtre des Doms, CNES La Chartreuse, Beaumarchais/SACD, de la SPEDIDAM, du Conseil Général Pas de Calais

cette création est labellisée Mission du Centenaire