Et des poussières...

 

Et des poussières...

de Michel Bellier

(éditions Lansman)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Tadeusz Cisowski, personne ne sait d’où il vient exactement. De quelque part par là... Un pays de l’est où les noms et les vies sont compliqués.

À vrai dire, tout le monde s’en fiche un peu. Il est venu pour travailler. Pour travailler sous terre. Mineur de fond, c’est son métier. Ça deviendra sa fierté.

Pour Saïd, arraché à sa rocaille marocaine, c’est la même chose.

Rosa l’italienne, elle, elle suit et aide les hommes. Les pères. Les maris. Et puis les fils.

Guidés par la faim et les bureaux de sélection, étiquetés valides par des recruteurs

méthodiques, ils sont venus planter leur vie en pays de Cocagne. Dans ces terres qu’on

appellera Pays Noirs. Borinage, Nord-Pas de Calais, Lorraine, Bassin du Forez, Pays de Galles, qu’importe... Les gueules noires sont du même noir partout dans le monde.

Nous sommes quelque part dans ce XXe siècle où le travail s’organise scientifiquement. Et l’histoire avance, poussée par l’industrie. Et quand on s’appelle Tadeusz ou Rosa ou Saïd, un sac de charbon pèsera toujours plus lourd que son propre destin.

Et des Poussières...c’est un oratorio d’échos dans un labyrinthe de mémoire.

Des voix, des paroles emportées dans le vent des grands chamboulements. Jamais osées ou rabâchées.

Ce qui fut sous la terre, ce qui reste dans l’air. Et des poussières...